ASPAig - Aigurande

place de la Promenade

Retour à la liste
place de la Promenade

place de la Promenade

Au Moyen Âge, la ville fortifiée s’arrêtait en haut de la Grand ‘Rue. Au sud des fortifications se trouvait le faubourg Saint-Jean avec ce qui est devenu la place de la Promenade et le Champ de Foire.

LA PLACE DE LA PROMENADE

L’actuelle place de la Promenade a été l’emplacement du cimetière jusqu’en 1779. Le nouveau cimetière, encore en service aujourd’hui, a été ouvert et béni en 1780, dans l’Ouche au Peu. Il y avait dans l’ancien cimetière, trois monuments moyenâgeux :

     - la grande et belle chapelle Sainct-Jehan : elle était le siège d’une vicairie et d’une confrérie. Elle servit au culte jusqu’à la Révolution où elle fut pillée, saccagée puis vendue « au profit de la nation ». Elle servit un temps de logement, fut rachetée par la commune en 1811 et démolie en 1834 ;

     - la petite chapelle Saint Mathurin : en 1735, elle menaçait ruine et fut abattue ;

     - le lampier ou lanterne des morts se tenait au milieu du cimetière, entre les deux chapelles ; cette tour octogonale rappelait aux passants le devoir de prier pour les trépassés ; l’usage s’était établi – et se maintint jusqu’à la Révolution – de tenir allumé ce lampier du 27 au 29 octobre de chaque année (autour de la Saint Simon et Saint Jude du 28 octobre). Les Aigurandais tenaient beaucoup à cet édifice. Quand le cimetière fut désaffecté, il fut question d’utiliser une partie de son emplacement pour y bâtir un collège dont la création avait été votée en 1770 ; les habitants demandèrent solennellement que l’on conserve le lampier et la croix de Saint-Michel qui se trouvaient dans l’ancien cimetière. Malheureusement, quelques révolutionnaires en décidèrent autrement, et pendant la nuit du 11 au 12 prairial an III (30 au 31 mai 1795), le lampier et toutes les croix de pierre du cimetière furent démolis.

Il fut décidé qu’aucune construction ne serait faite à l’emplacement de l’ancien cimetière ; l’urbanisation à son pourtour s’est poursuivie au XIXe siècle où elle est devenue la place de la Promenade, telle que nous la voyons aujourd’hui. La mairie y a été installée au n° 1 en 1875. La gendarmerie s’est établie au n° 24 en 1892. Le monument aux Morts avec les éclaireurs du sculpteur Roblot a été inauguré le 7 octobre 1923.

Les lieux d'intérêt